« Pour réduire le coût du travail, l’outre-mer dispose de mesures spécifiques d’exonérations de cotisations que le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2019 prévoit de modifier.

Pour Saint-Barthélemy, j’ai présenté un amendement visant à maintenir le dispositif actuellement en vigueur. Après Irma, nos entreprises ont besoin d’un cadre fiscal stable. Le nouveau dispositif qui vise à réduire le coût du travail, l’aurait au contraire augmenté à Saint-Barthélemy. Cet amendement a été adopté.

En outre-mer en général, les nouveaux seuils de réductions des cotisations patronales suscitent une inquiétude généralisée. J’estime que ce recentrage des exonérations sur les bas salaires ne permettra pas aux économies ultramarines de se développer. Le développement suppose de l’encadrement et de l’expertise rémunérés à leur juste valeur. Pire, l’encouragement aux bas salaires risque d’amener les jeunes diplômés à préférer l’étranger où les rémunérations seront plus attractives. »

 

Michel Magras
Sénateur de Saint-Barthélemy
Président de la délégation sénatoriale aux outre-mer