PRÉVENTION URGENCE

Le 25 juillet 2018, la délégation a adopté le rapport « Risques naturels majeurs, urgence déclarée outre-mer » de M. Guillaume Arnell, sénateur de Saint-Martin, M. Mathieu Darnaud, sénateur de l’Ardèche, et Mme Victoire Jasmin, sénatrice de la Guadeloupe [Rapport n° 688 (2017-2018)].

Ce rapport, consacré à la prévention, à l’alerte et à la gestion de crise, constitue le premier volet d’une étude qui abordera l’an prochain les questions de reconstruction après une calamité et d’organisation de la résilience des territoires.

Sur la base d’une information dense recueillie auprès des acteurs de terrain par le biais d’auditions menées au Sénat, de nombreuses visioconférences (Saint-Pierre-et-Miquelon, Polynésie française, Wallis-et-Futuna, La Réunion, la Nouvelle-Calédonie, la Guyane et Mayotte) et lors d’un déplacement en Martinique, à Saint-Martin, à Saint-Barthélemy et en Guadeloupe, le rapport formule 60 recommandations pour un rattrapage effectif de l’équipement des territoires et un traitement plus inclusif des situations de crise.

Au cours de sa réunion du mardi 24 juillet, la Délégation sénatoriale aux outre-mer a adopté à l’unanimité le rapport d’information de M. Guillaume Arnell, rapporteur coordonnateur, M. Mathieu Darnaud et Mme Victoire Jasmin, rapporteurs, procédant à une évaluation de la situation des territoires ultramarins face aux risques naturels majeurs.

Nous achevons ainsi les travaux du premier volet de l’étude sur les risques majeurs. J’adresse mes félicitations au coordinateur et aux rapporteurs pour ce travail dense et mes remerciements à toutes les personnes qui ont été entendues. Leur implication et leur expérience de terrain ont été essentielles à nos travaux.

Les 60 préconisations formulées couvrent l’ensemble des aspects de la prévention des risques.

Michel Magras